logo

 

SIDEKICK REV.B
Réplicateur/sampleur de signal lumineux à usage spécifique.

Voici sidekick revision B. Comme la révision A, cet appareil est à usage très spécifique, et malheuresement il ne peut pas être dévoilé ici en détails. Les habitués de ce genre de "loisir" auront peut être une idée sur son utilité (et quelle utilité !).

Cette révision est basée cette fois sur un ATMega8, profitant de ses 16MIPS et de ses nombreuses broches d'E/S.
L'interface utilisateur a été donc étendue à trois boutons et deux afficheurs 7 segments, pour ne pas avoir à se soucier de hierarchie entre les modes dans le feu de l'action. L'appareil tient dans un boitier plat, qui tiendra lui même aisément dans une poche.

Vous remarquerez que la qualité des découpes est tout à fait pourrie, et ceci du au fait que je n'ai pas du tout les outils nécéssaires pour faire mieux. Il fait l'affaire pour le moment, de prochaines révisions seront probablement logées dans des boitiers en polycarbonate transparent.

L'alimentation n'a pas été modifiée, toujours 2 piles AA, ici j'utilise des rechargeables Energizer 1600mAh. Des tests sont toujours en cours pour determiner l'autonomie en utilisation normale. Sidekick ne devrait consommer que 200mA dans le pire des cas.

Il a aussi été conçu dans un souci d'économie (environ 40 euros au total), de simplicité et de discrétion.
Deux boutons permettent de choisir le numéro (1 à 50, PI), un troisième bouton permet de tirer, et une combinaison permet de passer du mode laser visible au mode infrarouge. Le tout intuitivement, sans perturber l'utilisateur. Plus de clics longs et courts, ni de leds clignotantes.

Le laser est un module chinois <1mW certifié CE et NF, on en doute pas. Il a une portée assez élevée pour pouvoir être efficace à travers-salle. La diode infrarouge (840nm) est pilotée par un BC550, assurant un courant max d'environ 90mA. Sa portée est d'environ 4 mètres sans brouillard.

Pour réduire au minimum la consommation, un switch on/off permet de couper l'intégralité du circuit (pas de mode SLEEP, même s'il ne consommerait que quelques µA, à la longue les piles n'ont plus rien à donner). Les deux afficheurs sont allumés l'un après l'autre (routage plus simple, et 2 fois moins de courant), si aucun bouton n'est appuyé durant 3 secondes, la luminosité est diminuée par PWM (discretion, consommation minimale pendant la majorité de l'utilisation). Une photodiode est aussi intégrée pour la detection automatique du numéro.

Je ne distribue évidemment pas le programme ;)

footer
symbol symbol symbol symbol symbol