logo

Objectif
A première vue
Le schéma
L'alimentation
Le microcontrôleur
Le synthétiseur
Les ROMs
Code et memory map
Cartouche AVR
Cartouche CPLD
Convertir les sons
Créer le ROM
Circuits imprimés
L'alimentation

power supply boardSans interrupteur mécanique pour la mise sous tension de l'appareil, on pourrait imaginer que les ingénieurs de Texas Instruments ont opté pour un mode veille, duquel on sort par l'appui sur le bouton ON ("soft start"). Il n'en est rien : connaissant bien la consommation des circuits de l'époque, un mode veille aurait séché les piles en un rien de temps.

La carte simple face, séparée du reste sert d'alimentation à découpage (visible sur la photo). Elle permet de fournir les -3,5V pour le pôle négatif des circuits intégrés (environ 9V à leurs bornes) et le -12V pour le haut parleur et les segments du VFD. Le semblant de régulation est réalisé à l'aide de deux diodes Zener pour couper les oscillations lorsque l'une des deux tensions est atteinte.
Deux transistors de découpage (Q3 et Q4) sont câblés en parallèle sur le primaire de transformateur, un autre permet de stabiliser approximativement les tensions (Q2) via les diodes, et un dernier permet au tout de démarrer ou de laisser le CPU "se tuer" (Q1).

En observant le schéma, on s'aperçoit que la touche ON (en haut à droite du clavier K2) est à l'intersection de VBAT (6V) et de la ligne STARTUP, qui est partagée entre le CPU (utilisée comme entrée pour scanner la colonne du clavier), et une broche de cette carte d'alim. En appuyant sur cette touche, on donne un "kickstart" à l'oscillateur, qui, une fois démarré, fournit les tensions nécessaires pour faire fonctionner le reste.

Mais que se passe-t-il lorsque l’on relâche le bouton ON ? Il ne devrait plus y avoir de tension positive sur STARTUP, donc l'alim devrait se couper ?
En effet, et c'est là que le CPU intervient avec la ligne PD (Power Down). Lorsque le CPU démarre, l'une des premières tâches qu'il effectue est de mettre au niveau haut cette broche pour ainsi se "maintenir en vie". Un compteur interne est régulièrement incrémenté et remis à zéro lorsque’on appuie sur une touche. Lorsque ce compteur déborde (au bout d'environ 2 minutes), le CPU met PD à l'état bas pour couper l'alimentation et ainsi "se tuer".

En fin de compte nous n'avons pas de soft start, donc aucune consommation lorsque la dictée est éteinte, et la possibilité pour le CPU de commander l'alimentation et de se couper automatiquement si la dictée n'est pas utilisée (les gamins peuvent oublier d'éteindre leurs jouets !).

Afin de me simplifier la tache lors de mes tests et ainsi pour ne pas avoir à rallumer sans arrêt l'appareil tout en pouvant me servir de la colonne correspondant à la touche ON sur le clavier, j'ai relié les deux broches marquées en rouge sur la photo via une résistance de 1kohms: PD à VBAT. Ceci force le démarrage de l'alimentation des que la tension VBAT dépasse environ 4.5V, et évite d'avoir un court circuit lorsque le CPU met PD à l'état bas. La diode D1 empêche cette tension de retourner sur le clavier et de fausser sa lecture.

footer
symbol symbol symbol symbol symbol